07/09/2005

...dans les arbres...

 

 

« Le monde s’était transformé : il était fait de ponts étroits et incurvés tendus dans le vide, d’écorces où nœuds ; écailles et rides semaient leurs rugosités ; il baignait dans une lumière verte qui changeait avec l’épaisseur et la consistance du rideau des feuilles tremblant au bout de leur pédoncule, sous le moindre souffle d’air, ou ondoyant comme une voile lorsque l’arbre s’inclinait.  Notre monde à nous se nichait dans les bas-fonds, nous avions des silhouettes bizarres et ne connaissions assurément rien de ce qu’il percevait chaque nuit : le travail du bois qui gonfle de ses cellules les cercles marquant les années au cœur des troncs ; les moisissures qui dilatent leurs plaques au vent du nord ; le frisson des oiseaux endormis qui blottissent leur têteau plus doux de l’aile, l’éveil de la chenille et l’éclosion de la pie-grièche.  Il est un moment où le silence de la campagne se forme, au creux de l’oreille, d’une menue poussière de bruits : un croassement, un glapissement, un froissement furtif dans les herbes, un clapotis dans l’eau, un piétinement entre terre et cailloux, et, dominant tout autre son, le crissement des cigales…Les bruits se mêlent l’un à l’autre, l’ouïe parvient toujours à en discerner de nouveaux, comme, sous les doigts qui cardent un flocon de laine, chaque nœud se révèle fait de brins plus fins, plus impalpables encore. »

 

 

…Italo Calvino, le baron perché, page 94-95…



14:31 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Très beau texte, J'aime...

Écrit par : Poussière de lune | 07/09/2005

paisible... qu'il est bon de venir se perdre chez toi. Les bruits de la forêts, c'est vrai, quelles merveilles !

Écrit par : AL | 07/09/2005

:) merci à tous les deux...

Écrit par : rynnn | 07/09/2005

Les commentaires sont fermés.