31/10/2005

...de connexions...

 

« Les Templiers y sont toujours pour quelque chose

   Ce qui suit n’est pas vrai

   Jésus a été crucifié sous Ponce Pilate

   Le sage Ormus fonda en Egypte les Rose-Croix

   Il y a des kabbalistes en Provence

   Qui s’est marié aux noces de Cana ?

   Minnie est la fiancée de Mickey

   Il en découle que

   Si

   Les druides vénéraient les Vierges noires

   Alors

   Simon le Magicien identifie la Sophia à une prostituée de Tyr

   Qui s’est marié aux noces de Cana ?

   Les Mérovingiens se disent roi de droit divin

   Les Templiers y sont toujours pour quelque chose »

 

[…] N’importe quelle donnée devient importante si elle est en connexion avec une autre.  La connexion change la perspective.  Elle induit à penser que chaque aspect du monde, chaque voix, chaque mot écrit ou dit n’a pas le sens qui apparaît, mais nous parle d’un Secret.  Le critère est simple : soupçonner, toujours soupçonner.  On peut lire par transparence même un panneau de sens interdit.

 

Umberto Eco, le Pendule de Foucault, pages 384 et 386.

 

(…et en parlant du pendule de Foucault…ai été voir celui qui était à l’église Saint-André de Liège…c’est fou d’y être confronté comme ça…spécial…déconcertant…)



14:04 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ouf ! j'ai eu peur ! beau choix d'image. Et puis j'entame le texte, mon œil glisse sur les mots, je vois d'abord 'templiers' et puis 'qui s'est marié aux noces de Cana ?' et là, j'hésite à apprécier… Encore une resucée de commentaires sur l'incompréhensiblement-best-seller de Brown ?

Ouf, c'est de Eco dont on cause !

(de fait, à New York, un soir de 31 décembre 2000, j'ai pour ma part contemplé "l'île du jour d'avant" pour de vrai pendant toute une nuit. Tout aussi déconcertant que le pendule...)

Écrit par : ln | 15/11/2005

Les commentaires sont fermés.