15/08/2006

à travers l'esprit d'autrui...

 

 

 

 

 

 

 

 

[…] « Ma vieille maladie, se dit Roubachof. Les révolutionnaires ne devraient pas voir les choses à travers l’esprit d’autrui. »

Ou peut-être le fallait-il ? Ou même était-ce indispensable ? Comment peut-on transformer le monde, si l’on s’identifie avec tout le monde ?

Et comment faire autrement pour le transformer ?

Celui qui comprend, et pardonne – où donc trouvera-t-il un mobile d’action ?

Et où n’en trouvera-t-il pas ?

« Ils vont me fusiller, se dit Roubachof. Mes motifs ne les intéresseront pas. » Il appuya le front contre la vitre. La cour était blanche et déserte. […]

 

…Arthur Koestler, le zéro et l’infini, page 32…

 

[image: Paulette - Jeux interdits]

10:24 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Le savais-tu ? Koestler et Benjamin C'est à Koestler que Walter Benjamin écrit un jour : "je possède une vingtaine de cachets de morphine. Si l'on tente de m'ôter à nouveau la liberté, ils seront mon seul salut". Le 25 septembre 1940, à Port Bou, Benjamin arrêté par la garde civile espagnole ingère quinze cachets et meurt après une longue agonie. Koestler, lui, s'exile en Angletterre où il écrit Scum of the Earth dans lequel il évoque la mort de son ami.
Plutôt heureux de voir que Koestler n'est pas encore un parfait inconnu...
Tu connais peintures à turelure, mais lectures à lurelure ?

Écrit par : Lucas Violin | 17/08/2006

... bien sûr que non Koestler est assez connu je pense!
non je ne connaissais pas lectures à turelure! voilà qui est fait...j'y repasserai

Écrit par : Rynnn | 17/08/2006

Très belle endroit que se site, de superbe gout et continue comme sa=)

Écrit par : ArCpS | 23/01/2007

Les commentaires sont fermés.