28/08/2006

d'ombre...

 

"Un seul soleil, chacun son ombre..."

                                                          Grégoire Lacroix

11:53 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/08/2006

Nausicaa...dessin d'Hayao Miyasaki

15:14 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/08/2006

à travers l'esprit d'autrui...

 

 

 

 

 

 

 

 

[…] « Ma vieille maladie, se dit Roubachof. Les révolutionnaires ne devraient pas voir les choses à travers l’esprit d’autrui. »

Ou peut-être le fallait-il ? Ou même était-ce indispensable ? Comment peut-on transformer le monde, si l’on s’identifie avec tout le monde ?

Et comment faire autrement pour le transformer ?

Celui qui comprend, et pardonne – où donc trouvera-t-il un mobile d’action ?

Et où n’en trouvera-t-il pas ?

« Ils vont me fusiller, se dit Roubachof. Mes motifs ne les intéresseront pas. » Il appuya le front contre la vitre. La cour était blanche et déserte. […]

 

…Arthur Koestler, le zéro et l’infini, page 32…

 

[image: Paulette - Jeux interdits]

10:24 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

13/08/2006

art sacré...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*que de mystères en ce bas monde...

19:25 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

11/08/2006

 lorsque le disciple est prêt...

Lhassa... Le Potala...Toit du monde...

« Les nonnettes persévéraient néanmoins, se disant que ces brimades devaient leur servir comme autant d’exercices à la patience, à développer une authentique compassion envers ceux que l’ignorance aveuglait au point de ne pas savoir ce qu’ils faisaient. A grand renfort de récitations silencieuses des mantras protecteurs, elles vaquaient à leurs devoirs profanes sans se plaindre ni remettre en cause leur décision de s’engager dans cette voie. Pourtant, il leur arrivait de ressentir vivement le manque d’enseignants compétents : les années noires avaient décimé les sages d’autrefois, les plus grands avaient été les premiers visés par la répression. Nombre d’entre eux avaient heureusement réussi à prendre le chemin de l’exil, mais comment dès lors suivre leurs enseignements ?

Confusément, les petites moniales savaient que le sentier était long qui menait à l’Eveil, et qu’un guide était nécessaire pour pénétrer les arcanes de la doctrine. Confiantes en leur bonne étoile, elles se disaient qu’en accomplissant scrupuleusement les pratiques élémentaires prescrites, en s’efforçant d’exécuter sans rechigner les tâches les plus humbles, elles finiraient bien un jour par rencontrer un lama qui saurait les guider avec sûreté sur les chemins de la connaissance. D’ailleurs, le vieil adage n’affirmait-il pas que le maître arrive lorsque le disciple est prêt ? »

 

…L’an prochain à Lhassa, Claude B. Levenson, page 57…

17:05 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/08/2006

*magnifique maîtrise...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Caravage, Saint Mathieu et l'ange, 1602...

(je n'ai hélas pas trouvé la version couleur)

14:53 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

04/08/2006

 *mots...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le coucou n’est pas difficile sur le choix de son nid, les grands mots, de même, ne choisissent pas leur homme, le premier venu fait l’affaire, mais il leur faut une tête sur quoi se fixer sous peine d’errer indéfiniment dans ces limbes où sont les velléités.  Tel est aussi le destin de la plaque de marbre sortie de sa carrière obscure ; lors même qu’elle est polie et mise en forme, elle reste vaine tant qu’elle n’a pas reçu, dans le creux de son grain, les profondes lettres d’or d’un nom qui donne un sens à la pierre en faisant d’elle un symbole pour les prières et un pense-bête pour les souvenirs.  Quantité de plaques de marbre rangées comme des livres aux portes des cimetières, quantité de grands mots aussi commencent par une sorte de purgatoire avant de vivre leur vie de dalles et de mots. »

 

Paul Guimard, L’ironie du sort, page 24…

12:12 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/08/2006

...l'absence...

                    S. Dali, knights of death, 1937

« Il y a des Pompéi partout et l’absence, mieux que le Vésuve, excelle à recouvrir toutes choses de sa cendre glacée, à transformer les sentiments en souvenirs et les objets en reliques. »

L’ironie du sort, Paul Guimard, page 27

19:36 Écrit par Rynnn | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |